Accéder à
l’Espace Ressources

Les bonnes questions à se poser quand on est manager

Adèle est venue à notre rencontre il y a plusieurs semaines. Responsable commerciale dans le secteur agro-alimentaire depuis peu, elle se pose des questions sur son leadership. Anxieuse mais surtout soucieuse de bien faire pour dynamiser ses équipes et leur transmettre sa passion du métier, elle se tourne vers nous pour travailler et se conforter dans son style de management. Cette réflexion passe avant tout par une remise en question ; quelles sont les bonnes questions à se poser quand on est manager ?

Qu’est-ce qu’un manager ?

Le mot management vient de l’italien maneggio et du français manège. Le verbe anglais to manage signifie « diriger ». Le management est donc la science de la technique de direction et de gestion de l’entreprise. Il désigne également l’ensemble des techniques d’organisation et de gestion mise en œuvre pour administrer une entité. On distingue communément le management de la fonction managériale. L’important dans la fonction managériale, c’est la transmission des objectifs.

Comment rendre les objectifs définis pour une équipe motivants ?

Hackman élabore une théorie qui est reprise ensuite par Claude Lévy-Leboyer sur « les trois C » comme leviers de motivation. Les objectifs doivent être : complexes, contrôlables, disposés à être communiqués. Plus une tâche est difficile, complexe, c'est-à-dire qui n'est pas répétitive ou monotone, plus l'individu s'investit, ce qui crée une relation d'appartenance et d'identité entre l'individu et sa tâche, et de fait, cela crée une motivation interne. En accroissant le contrôle dont dispose l'individu, c'est-à-dire en lui donnant plus d'autonomie dans son travail, on lui accorde davantage de responsabilités.  Il y aura alors deux aspects qui ressortent : d’une part l’implication affective et l'adhésion aux objectifs, et d'autre part, la volonté prendre sa place à part entière dans l'organisation. Le troisième levier est la communication. En organisant de manière systématique une communication sur les objectifs attendus, les performances effectuées et leurs évolutions, voire sur la position de ces résultats par rapport à ceux atteints précédemment, on donne à chaque individu des moyens d'évaluer ses chances de les améliorer, ce qui le met en position d'acteur.

Qu’est-ce que le management résonant et comment reconnaître et utiliser les émotions de mes collaborateurs pour mieux communiquer ?

Un management résonant peut être comparable à un miroir dans le sens où il réfléchit, ou renvoie les émotions pour une meilleure communication. Le manager utilise les émotions des membres de son équipe comme levier de communication et d’échange. Il sait identifier, reconnaître et exprimer les émotions de ses collaborateurs de manière à mieux communiquer.

Quels sont les ingrédients du manager enthousiaste ?

Le manager enthousiaste est crédible et légitime. Non seulement il est proche du terrain et mérite son rôle de manager, mais aussi ses projets sont réalistes et réalisables. Le manager enthousiaste mise toujours sur l’engagement personnel de l’équipe et leur laisse une marge de manœuvre et un libre arbitre suffisant pour atteindre par eux-mêmes des objectifs qui ont été préalablement fixés. Un tel manager exprime sa confiance en laissant une totale liberté. Il n’y a alors pas besoin d’hyper contrôle.

Le manager enthousiaste a une approche résolument positive et optimiste. Avoir une approche résolument positive et optimiste dans son management signifie avant tout de chercher le bien, le beau et de visualiser dans chacun et chacune des membres de son équipe un potentiel et des aptitudes. Le manager qui entre dans cette catégorie sait garder le sourire. Il sait également fêter les victoires ou rebondir sur un échec avec résilience et bienveillance. Il ne prend pas personnellement les revers de son équipe mais les vit collectivement. Le manager enthousiaste entraîne et guide son équipe sur des chemins parfois escarpés, mais plus valorisants. Enfin, le manager enthousiaste communique naturellement et efficacement.

Pour conclure, Adèle a pu se conforter dans sa position de manager notamment quand elle a pris conscience qu’elle avait confiance en elle et qu’elle avait à cœur de conduire ses équipes vers une réussite franche, collective mais également intra-individuelle.